Apprentis sorciers…ENSEMBLE pour une e-formation française

Lien:http://espaces.onlineformapro.com/espaces/commun/lettre/lettreinfo/Qedito/Q21_02_2001_1.asp

25 février 2001

Est-il de bon ton pour se faire une place dans un marché aussi vaste que la e-formation de traiter ses concurrents d’apprentis sorciers ?« e-thèque »
« e-client »
« e-conférence »
« e-formateur »
« e-tuteur »
« e-administrateur »

Il est vrai que les apprentis sorciers n’ont peut être pas assez utilisé la « e-communication » pour dire haut et fort que depuis deux ans ils se sont investis dans la recherche pour un meilleur accompagnement de l’apprenant,

  • qu’une plateforme de tutorat par vidéo conférence s’appuyant sur des technologies éprouvées (société Cosmocom) fonctionne déjà,
  • que des développements spécifiques, pour entreprises, utilisant les dernières technologies d’animation interactive en 3D sont réalisés depuis plus d’un an
  • que des plateformes de gestion pour les DRH prenant en compte toute la diversité de formation individualisée sont opérationelles
  • …..

et que ces apprentis sorciers ont sûrement bien défrichés le terrain sur lequel M. Coquerel souhaite s’installer.

Et en apprenti sorcier que je suis, je m’autorise encore aujourd’hui de vous conseiller quelques lectures :

THOT
Des projets de formation à distance qui ont foiré ces derniers temps, on peut tirer certaines conclusions, les mêmes que dans d’autres projets de développement, les millions n’y changent rien.

Que ce soit la California Virtual University ou des projets plus modestes, la plupart des projets abandonnées partagent une caractéristique; laquelle ?

Dans le monde du développement international, on sait depuis longtemps que les seuls projets qui persistent au delà des fonds qui leur sont alloués sont des projets qui viennent de la base et dans lesquels les principaux intéressés s’impliquent

Ce qui est impressionnant à propos des initiatives à succès c’est qu’elles mettent l’étudiant au centre de leurs préoccupations; voilà la caractéristique

Beaucoup ont aussi compris que la formation à distance est une poudrière politique et que ce n’est pas eux qui vont allumer la mèche. Pas de crainte, le feu va s’allumer tout seul. Quand on voit des initiatives comme, cette semaine, Brainpollen et le parti pris de l’accessibilité, SuperPermis et le Codiweb et le parti-pris de l’usager, Educaserve (apprentissage du français) et le parti pris de l’étudiant; comme des cours de musique au choix et personnels, tout comme à plusieurs autres réalisations dont nous avons parlé antérieurement : Bibelec, TeacherReviews, Blackboard, Syfadys, Gréfi et à des dizaines d’autres; quand on contemple l’ensemble de cette offre à succès, on constate que leur effet finira nécessairement par peser sur un système qui n’a que peu de force de cohésion interne.

et aussi et surtout je vous donne rendez-vous à la rubrique des outils pour concepteurs, car je crois au risque de me répéter que tous les acteurs de la formation que nous sommes, devont construire une véritable e-formation française de qualité.

Pour mémoire
Apprendre autrement

Je rêve d’une transformation du e-learning en e- formation.

Il ne suffit pas de parler d’échange, de mutualisation, de e-formation française… si l’on veut que cela se réalise.


Extrait de l’interview de Jacques Coquerel, président de la CEGOS à l’AEF

A l’intention des concurrents potentiels de la CEGOS, que ce soient les « apprentis-sorciers » des start-up ou les opérateurs traditionnels du marché de la formation, Jacques Coquerel précise que les clés de la réussite dans ce domaine résident aujourd’hui dans la qualité du savoir-faire pédagogique proposé. Il considère que « les produits de formation en ligne standardisés seront peu efficaces. Il faut être capable d’apporter aux entreprises une valeur ajoutée très fine ». L’importance des ressources financières mobilisables à cet effet par les offreurs de formation fera selon lui la différence. Le groupe annonce un investissement en termes de recherche et développement « de l’ordre de 40 à 50 millions de francs » pour le développement de l’activité e-learning.

L’ouverture du site www.cegos-learning.com fin avril prochain constitue la pièce maîtresse de l’offensive de la CEGOS sur le marché de la formation à distance. Cette « université d’entreprise virtuelle » entend proposer « toutes les solutions de formation synchrones et asynchrones en ligne » avec pour objectif principal l’adaptation de l’offre et des produits au plus près des besoins des entreprises clientes. Elle devrait être opérationnelle en 2001 en France, en Espagne, en Italie au Portugal et en Chine, et, courant 2002, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

Le développement des activités e-learning s’accompagnent de difficultés en termes de gestion des ressources humaines pour les offreurs de formation. La CEGOS n’échappe pas à cette problématique qui consiste à transformer une population de consultants formateurs en présentiel en une population d’experts de la e-formation. Le groupe souhaite à ce sujet se positionner comme « le prestataire majeur  » pour ces nouveaux métiers de la formation en ouvrant en septembre 2001 une « Ecole e-formation ». Elle s’adresse à des personnes disposant de connaissances en matière de pédagogie et proposera trois cursus modularisés -« e-formateur », « e-tuteur »- « e-administrateur », qui alterneront des périodes de formation à distance et du présentiel. Centrés sur la conception et la pédagogie, les premiers modules devraient être en ligne dès avril 2001.

Conçue en trois dimensions et utilisant le logiciel américain CENTRA, elle propose plusieurs espaces aux utilisateurs. Les parcours de formation sont élaborés dans « le e-learning space ». Un autre domaine permet aux apprenants de s’entraîner ou de s’auto-évaluer. La « e-thèque » constitue le centre de ressources du dispositif pour approfondir les cursus de formation. Des partenariats seront passés par la CEGOS avec des bibliothèques en ligne. L’espace « e-client » permet les inscriptions dans les modules et autorise le responsable des ressources humaines ou de formation des entreprises clientes à accéder à des outils de suivi des parcours de chaque apprenant. L’espace « e-conférence » est dédié aux managers ou dirigeants et propose des expertises personnalisées en visio-conférence.