La locomotive Internet

Lien:http://espaces.onlineformapro.com/espaces/commun/lettre/lettreinfo/Aactualite/A25_05_2002_3.asp?p_action.gettxt=gt&doc=IP/02/623|0|RAPID&lg=FR&display=

30 mai 2002

LA LOCOMOTIVE INTERNET

Quant à l’avenir du marché de l’enseignement en ligne, il est prometteur et croît avec l’utilisation d’Internet, continue le représentant de la Banque mondiale.
Plus de 90 millions d’étudiants sont inscrit en 2001dans un cursus d’enseignement supérieur et ils devraient être plus de 160 millions de personnes d’ici à 2025, « ce chiffre sera d’ailleurs probablement plus élevé, nous n’en sommes qu’au début: l’explosion est à venir », précise-t-il.

Aujourd’hui, selon les estimations,
537 millions de personnes utilisent Internet à travers le monde,
elles seront 950 millions en 2005.
Si l’enseignement en ligne touche 20% des étudiants dans le monde, ce marché représentera alors 144 milliards de dollars, et 216 milliards s’il s’adresse à 30% d’entre-eux. De vastes structures utilisant ce type d’enseignement sont déjà en place, précise Ronald Perkinson: 27 000 personnes ont achevé leurs études à l’université virtuelle africaine, dont le site est visité 80 000 fois par jour,
Escol@24horas au Brésil propose ses services à 210 000 étudiants.

L’éducation représente dans l’Union européenne 86 millions de personnes inscrites dans le système éducatif, 6 millions d’enseignants et un investissement de 560 milliards d’euros.

L’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne représentent à elle seules 60% du total.
Les dépenses augmentent de 2,3% par an.
La tendance va vers davantage de coopération internationale, une amélioration des standards technologiques et de l’accès à ces outils, une demande continue pour l’enseignement supérieur, indique Kosmo Kalliarekos.
La dépense pour l’éducation primaire et secondaire est de 375 milliards d’euros, soit une hausse de2,5% par rapport à 1996 alors que le nombre d’élèves est en baisse de 0,4%.

Malgré les efforts en faveur de la promotion des TIC, les enseignants ont toujours besoin de formation sur ce domaine puisqu’en moyenne la moitié d’entre eux n’y sont pas formés. En France, seuls 48% le sont, pour 81% en Finlande.