Les objets d’apprentissage

Lien : http://espaces.onlineformapro.com/espaces/commun/lettre/lettreinfo/Qedito/Q01_02_2005_1.asp

Février 2005

Le salon elearn expo 2005 vient de fermer ses portes, les premières réactions font état de réussite. Près de 5 000 visiteurs, 50 exposants.
Les éditeurs proposaient une offre plus élargie et le terme en vogue pour 2005 est devenu Rapid learning.

Ne partons pas à nouveau sur de fausses pistes. Le terme de Rapid laisse supposer que la création de contenus de formation en ligne est désormais rapide et derrière se cache la notion de coût : rapide et donc peu chère.

Une fois encore ne va- t-on pas berner tout le monde, du formateur au DRH et par ce faire retarder encore le développement d’une réelle e-formation de qualité.

Certes les outils auteur se développent, mais pour faciliter la tâche du formateur détenteur des contenus à transmettre et des approches pédagogiques, ils ne permettent et ne permettront pas aussi sophistiqués qu’ils soient de faire l’économie d’une véritable ingénierie pédagogique liée à ce nouveau mode d’apprentissage.
En clair scénariser un contenu et transformer 15 lignes de texte en une animation facilitant l’acquisition d’un concept demande du temps et cela aucun outil auteur n’est capable de le réaliser.

Pour passer d’un système fondé sur la transmission de savoir à un système fondé sur l’apprentissage et la création de connaissances, il faut consentir des efforts importants.

Les freins au développement de formations ouvertes et à distance en France sont désormais bien connus de l’ensemble des acteurs de la formation professionnelle :
– l’inadaptation de certaines dispositions réglementaires,
– l’incapacité financière d’une grande majorité d’organismes de formation à investir de manière suffisante,
– la difficulté à faire émerger des projets fédérateurs au niveau national et au niveau des régions, seuls susceptibles de mobilier efficacement les ressources et compétences disponibles.

La France ne dispose pas d’un système fédérateur pour la formation ouverte et à distance.

La production de ressources pédagogiques et de contenus de formation de qualité est une révolution dans le modèle économique.
La production de contenus passe par un changement d’échelle.

Il est donc plus intéressant de parler d’objets d’apprentissage.
Cette notion apporte de multiples avantages :

Pédagogiquement: elle permet de bâtir à partir d’une banque de ressources de multiples séquences d’apprentissages différentes

Économiquement : elle est réaliste, tout un chacun a les ressources humaines nécessaires pour créer quelques grains à partir d’outils auteur facilitant la tâche technique mais n’excluant pas le temps nécessaire à une réalisation de qualité.
L’approche par objets est économique, souple, et force une réflexion pédagogique.

Techniquement elle est réalisable, et existe déjà

Reste le point clé difficile à résoudre : la mutualisation et derrière cette mutualisation le système économique à trouver entre les différents acteurs.

Il faut viser l’interopérabilité des outils, la normalisation des produits, éviter des développements dispersés hermétiques les uns aux autres mais il faut surtout être prêt à penser autrement.

Je me prends à rêver d’une gigantesque banque d’objets d’apprentissages (OA) et …

– des apprenants utilisent des OA dans leurs activités et/ou en produisent à partager ou à faire évaluer
– des formateurs référencent des OA à leurs apprenants, suivent ou adaptent des unités d’apprentissage ou utilisent des OA pour soutenir leurs apprenants.
– des concepteurs construisent, sélectionnent, référencent ou assemblent des OA dans des environnements d’apprentissage
– des experts-contenu construisent des banques d’OA et les utilisent pour donner des conseils, présenter un contenu ou répondre à des questions
– des gestionnaires consultent et rendent disponible des répertoires d’OA à d’autres acteurs.

Alors si vous souhaitez rêver avec moi, essayez des outils auteurs, prenez le temps d’une production de qualité pour quelques objets d’apprentissage et demain peut être…

Michèle Guerrin