Tag: oser le dire

Les MOOCs vont-ils tuer la formation à distance ?

Les cours en ligne ouverts et massifs (en anglais : massive open online course, MOOC) constituent un exemple de formation ouverte à distance. Les participants aux cours, enseignants et élèves, sont dispersés géographiquement et communiquent uniquement par Internet.

Comme toute nouveauté, ils suscitent la curiosité, voire l’engouement de certains.

Alors, effet de mode ? Veau d’or qui disparaîtra aussi vite qu’il est apparu ? Véritable révolution de la formation à distance ?


L’approche d’Onlineformapro reste pragmatique et nous considérons que la qualité pédagogique des contenus de formation, l’accompagnement des apprenants et des structures dans les processus de formations sont incontournables.

Comme beaucoup d’innovations, les MOOCs apporteront de nouveaux usages, de nouvelles perspectives.

Le MOOC panacée de la formation ? Il est raisonnablement permis d’en douter.

Dans une analyse parue sur le site Thot Cursus, Christine Vaufrey s’interroge sur les dangers que représentent les MOOCs pour la qualité de l’éducation au profit de sa distribution massive.

Pour découvrir cette brillante analyse, cliquez ici !

Commentaires fermés sur Les MOOCs vont-ils tuer la formation à distance ? La suite

L’innovation mise en oeuvre par le CNED

Lien: http://www.academie-en-ligne.fr

Suite à l’excellent article de Denis Lamontagne publié dans Thot, nous avons voulu nous faire notre propre idée des contenus proposés par le CNED et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est encore en dessous de la vérité.

Nous choisissons de consulter les cours de Français et de Mathématiques proposés à des élèves de CM2 pour la simple et bonne raison que nous avons dans notre proche entourage des enfants de cet âge et nous pensons avoir une bonne idée de leurs attentes et de leurs besoins.

Pour commencer, nous sommes surpris que des contenus développés en Flash ne s’affichent pas en plein écran.

Avec un écran plat 17 pouces, nous nous retrouvons avec un petit texte à lire en plein milieu de l’écran alors que nous avons une très large place tout autour.

Cela est certainement dû au fait que les illustrations ne sont pas vectorielles et que la moindre augmentation de taille pixelliserait instantanément les dessins.

La navigation est également bizarrement pensée, sauf erreur de notre part, il n’y a pas de flèche « retour » dans les écrans, l’élève est donc obligé de relancer la totalité du module pour pouvoir revoir un écran… pas très pratique.

Par ailleurs, on doute que la scénarisation et la mise en page facilitent l’appropriation des connaissances auprès des élèves concernés.

Vient ensuite la question du « style graphique ». A cet âge des enfants ayant accès à internet et c’est d’eux dont il s’agit puisque les cours sont disponibles en ligne, sont habitués aux jeux en ligne, aux jeux vidéos et ont dépassé le petit nuage bleu et le soleil plus adaptés à un enfant de maternelle

« Quand faut-il utiliser la division ? Imaginons que je possède une boîte avec six bonbons, je veux donner à chacun des deux enfants le même nombre de bonbons. Pour savoir combien de bonbons possède chacun des deux enfants, je dois diviser six bonbons par deux enfants. Pour cela je fais l’opération suivante : six divisé par deux égal trois. Chaque enfant possède donc trois bonbons. Quand on doit partage de façon égale une certaine quantité, on effectue une divisio » (son coupé un peu trop tôt)

Pédagogiquement, je ne pense pas qu’après cette leçon, un élève de CM2 ait bien compris le sens de la division sans parler du signe opératoire (/) qui ne reflète pas l’écriture normalisée à l’école.L’animation est-elle au service de la pédagogie ?

Oups, il doit manquer quelque chose sur cet écran puisque nous avons une voix-off d’une minute et seulement 2 lignes pour « illustrer » des propos assez complexes.

Oups, c’est vrai que nous sommes dans un cours de mathématiques et que nous ne révisons pas le singulier et le pluriel…

Quant aux élèves de la sixième à la terminale, le PDF leur conviendra sûrement…

A vous de juger : d’autres exemples…
http://www.onlineformapro.com/savoirs_base.php
http://www.brainpop.fr/fr/category_21/subcategory_238/subjects_1819
http://www.chez-merlin.com

Commentaires fermés sur L’innovation mise en oeuvre par le CNED La suite

Les paradoxes du CNED : changer sans changer et manquer tous les trains.

Excellent article de Denis Lamontagne (THOT) – mardi 21 juillet 2009
Quelques extraits….

Dans la pratique le CNED se prépare à lancer «Copies-en-ligne» en septembre et a déjà mis en ligne Academie-en-ligne, une longue suite de documents .pdf qui couvrira, à terme, les matières du primaire jusqu’à la terminale avec l’ajout de fichiers audio et des images.

L’eau et l’huile
Proposer des .pdf à des jeunes du primaire et du secondaire, même avec tout l’accompagnement dont le CNED peut rêver, tient de l’aberration en ces temps d’Internet.  Je ne peux me résoudre à admettre que c’est bien ce que le CNED s’apprête à faire.

En brassant très fort, on peut parvenir à mélanger de l’eau et de l’huile, mais pas très longemps. Les jeunes et les .pdf ont à peu près le même comportement.

Lire l’article en entier

 

Commentaires fermés sur Les paradoxes du CNED : changer sans changer et manquer tous les trains. La suite

Serious game et sécurité informatique

Lien: http://www.e-learning-infos.com/info_article/m/630/qoveo-invente-le-serious-game-au-service-de-la-securite-informatique.html

Quelle surprise d’apprendre hier sur l’excellent e-learning-infos.com que « Qoveo invente le Serious Game au service de la sécurité informatique« .

Ce serious game intitulé « La sécurité et la confidentialité des données, les aventures de Casey Warren, détective privé », est destiné à former les salariés aux bonnes pratiques de sécurisation et de protection des données sensibles.

Pourtant dès 2005, Onlineformapro a développé un « serious game » sur le thème de la sécurité informatique qui est aujourd’hui encore disponible dans notre catalogue (et qui n’a pas pris une ride…)

Le très à la mode « serious game » n’existait pas à l’époque, mais comme Monsieur Jourdin, nous faisions du serious game sans le savoir…

Mais est-ce si important de faire du « e-learning« , du « rapid-learning« , du « blended-learning« , du « serious game« , du « e-learning 2.0 » ?

Ne doit-on pas placer la pédagogie et l’apprenant au coeur de tous nos débats et arrêter d’inventer continuellement de nouveaux termes qui desservent plus le e-learning qu’ils ne le servent.

En 2005, par souci d’efficacité pédagogique, nous élaborions un scénario qui plongeait l’apprenant dans la peau de l’Assistant de Marc Hassin (agent spécial du département Sécurité Informatique) afin qu’il aide ses collaborateurs à se sortir de situations délicates.

Marc Hassin confie à son assistant un secteur composé de plusieurs bureaux. Dans chaque bureau, l’apprenant rencontre ses collaborateurs et doit faire face à différents dangers (hoax, phishing, virus, cheval de troie,…)

Pour chaque type de « dangers », l’apprenant peut au choix :
Effectuer directement l’épreuve
Consulter l’information puis effectuer l’épreuve
Abandonner

En fonction de ses choix, l’apprenant perd ou gagne des points qui lui permettront de passer l’épreuve finale.

Depuis 2005, ce module a été suivi par plus de 1 300 000 apprenants !!!  (qui seront sans doute également très heureux d’apprendre qu’ils ont serious gamé à leur insu…).

Commentaires fermés sur Serious game et sécurité informatique La suite

Gratuit pour qui ???

Lien: http://www.askunce.com/A-quoi-sert-Delicious.html

Les éditos et les « Oser le dire »  d’OnlineFormapro redémarrent en 2009

Oser le dire
Les bonnes idées et intentions peuvent ne pas remplir leurs fonctions.
Le site Askunce.com offre gratuitement des tutoriaux (enfin le tutorial de 4mn peut aussi s’appeler un mini grain pédagogique) si toutefois on parle bien de contenus pédagogiques…

Par contre oublier que la France entière n’est pas desservie par du haut très haut débit est à mon sens une lourde erreur . 4 minutes pour presque 5 Mo : c’est du lourd , vraiment lourd. J’ai attendu 3mn 30 avant de voir le 1er écran.

En Flash : c’est écrit si, si regardez bien la capture ci-dessous.
A mon humble avis 4mn en Flash et sonorisé, devrait peser 3 à 400 ko.
Alors pour les matheux à quoi servent les 4,5 Mo de trop ? Pas au son, je ne l’ai pas entendu.

J’espère que l’année qui démarre sera « un bon cru » e-formation… avec pourquoi pas du gratuit mais surtout du   professionalisme.

Commentaires fermés sur Gratuit pour qui ??? La suite

  • mai 2017
    L M M J V S D
    « Jan    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • Copyright © 1999-2011 . Tous droits réservés.